Madpisa, le petit atelier d’imprimerie

En 2015, Moshe Gamliel constate que les machines capables d’imprimer sur n’importe quel type de support sont particulièrement encombrantes, lourdes et onéreuses, à la différence de l’imprimante ValueJet 426UF de Mutoh, qui le surprend par sa taille relativement modeste et son prix raisonnable. 
stories-madpisa-banner1
stories-madpisa-image3

LE DÉFI

Madpisa, qui signifie en hébreu « petit atelier d’imprimerie », a dû s’adapter aux défis lancés par de nouveaux concurrents : les smartphones. Il fallait littéralement s’adapter ou disparaître, les smartphones ayant complètement bouleversé le monde de l’impression photo. À l’agonie, cette activité allait droit dans le mur. Le propriétaire de Madpisa, Moshe Gamliel, ainsi que sa femme Osnat, ont dû repenser entièrement leur concept commercial.

Produit cité dans le témoignage d’utilisateur : ValueJet 426UF

DU CHÔMAGE À LA RÉUSSITE

Pour Moshe Gamliel, tout débute en 1999, lorsque son père Pinhas Gamliel décide de racheter une entreprise en difficulté pour son fils. Acteur et réalisateur, Moshe pointe alors au chômage. Moshe reçoit en cadeau l’entreprise en difficulté de la part de son père. Assisté de son épouse Osnat, il commence à imprimer des tee-shirts dans un centre commercial en utilisant une technologie très ancienne. Presque obsolètes, toutes ses machines sont stockées dans un vieil entrepôt poussiéreux. Moshe décide alors de leur donner un nouveau souffle en les remettant en marche.

En l’an 2000, il conclut un accord avec le centre commercial « Hasharon » de Netanya, en Israël, pour installer la machine dans un restaurant. L’espace prévu pour la machine est un véritable mouchoir de poche, mais Moshe et Osnat réussissent à y mettre la machine et commencent à imprimer des tee-shirts. Pendant trois ans, Moshe et Osnat passent au moins 12 heures par jour sur cette machine avant de décider de rebaptiser leur entreprise Madpisa, alias « le petit atelier d’imprimerie ».

Peu après, forcés de quitter le restaurant, ils emménagent dans une nouvelle boutique indépendante du même centre commercial. C’est un cadeau du ciel, car leur entreprise commence à prospérer. Ils peuvent recruter 10 nouveaux employés et, en parallèle, étendre leurs activités à la gravure au laser. Mais ce n’est pas encore leur plus grand succès. En suivant leurs véritables aspirations pour leur entreprise, ils rencontrent plusieurs obstacles, dont l’un est évidemment plus imposant que les autres...

L’ARRIVÉE DES SMARTPHONES

Le débarquement des smartphones fait l’effet d’un coup de tonnerre. Le petit monde de Madpisa s’en trouve complètement chamboulé. Contraints de repenser leur entreprise, Moshe et Osnat découvrent l’imprimante ValueJet 426UF de Mutoh. Pourtant, très vite, les smartphones s’avèrent être une bénédiction déguisée. Grâce aux capacités uniques de la ValueJet 426UF combinées à l’utilisation créative de Madpisa et son application innovante – développée par Moshe lui-même –, ils rencontrent encore plus de succès qu’auparavant. Ils ouvrent deux autres magasins Madpisa, tout en lançant leur application qui est désormais couramment utilisée dans des entreprises similaires. « Avec l’imprimante Mutoh ValueJet 426UF, nous avons commencé à travailler dur pour sauver notre entreprise avec des produits plus personnalisés, originaux et uniques que jamais. Nous avons compris que pour sauver notre entreprise d’impression de photos en déclin, nous devions faire quelque chose. Cette ValueJet 426UF nous a donné un nouveau souffle et des idées novatrices. À présent, tout est possible », affirme Moshe Gamliel.

TOUT EST POSSIBLE

Aujourd’hui, l’entreprise a pris de l’ampleur et a réussi à rester au centre commercial, bien qu’il soit difficile d’y assumer les coûts élevés. Les ambitions de Moshe ne se sont pas arrêtées là. Il a commencé à élaborer des modèles et des patrons et les a vendus avec les matières premières à d’autres boutiques possédant également la ValueJet 426UF, afin qu’elles se mettent à imprimer aussi. Il a simplement regroupé les machines, les idées et les innovations, puis a encouragé quatre de ses meilleurs amis à le suivre en se lançant dans l’impression. « Aujourd’hui, plus de 70 % des activités de Madpisa sont associées à la Mutoh ValueJet 426UF, et nous n’entendons pas en rester là. Nous avons acheté cette imprimante car elle est très stable et fiable, mais aussi parce qu’elle répond à tous les besoins de nos clients. En effet, la plupart des impressions ne dépassent pas 30 x 40 cm. », poursuit Moshe Gamliel, « En outre, le processus de maintenance quotidienne est si simple, que même les employés et les nouveaux stagiaires peuvent le faire. »

S’ENGAGER DANS LE PROCESSUS DE CRÉATION

Avec l’imprimante ValueJet 426UF, les clients de Madpisa s’impliquent dans le processus de création et dans l’activité à chaque fois qu’ils patientent dans le magasin et observent comment l’imprimante imprime leurs photos sur le matériau de leur choix. Souvent, même, ils deviennent partie intégrante de l’innovation, car ils amènent des objets personnels sur lesquels ils veulent faire imprimer leurs images. En transformant l’imprimante de tee-shirts d’un restaurant en magasin d’impression de photos prises par des smartphones, Madpisa est devenue, grâce au rôle crucial joué par la ValueJet 426UF, un magasin de photographie florissant qui fait participer ses clients.

stories-madpisa-image4

En 2015, Moshe Gamliel constate que les machines capables d’imprimer sur n’importe quel type de support sont particulièrement encombrantes, lourdes et onéreuses, à la différence de l’imprimante ValueJet 426UF de Mutoh, qui le surprend par sa taille relativement modeste et son prix raisonnable. En associant l’imprimante ValueJet 426UF à une application, il réussit à capter rapidement l’essentiel des demandes d’impression de photos du pays, sur toute une variété de supports.

stories-madpisa-banner3
)